Nombre total de resultats :1425
Numéroicone de tri Premier vers Dernier vers Références Année Auteur
1426 Ci-gît le cardinal Priez Dieu pour les trépassés.

F.Fr.15152, p.318

1723
1425 Ci-gît qui tant qu’il fut véritablement roi Ci-gît qui tant qu’il fut véritablement roi

F.Fr.15152, p.78-82

1715
1424 Caron, ce pilote infernal, Tout céderait à ta fureur.

F.Fr.15152, p.74-76

1715
1423 Louis Quatorze joue différents personnages. Finit sa vie en faisant Jean Farine.

F.Fr.15152, p.71

1715
1422 Louis est mort fils aîné de l’Église ; Le Tellier en fait les frais.

F.Fr.15152, p.70

1715
1421 Louis quand il vivait faisait taire l’envie, C’est qu’on en a trop dit de bien pendant sa vie.

F.Fr.15152, p.66

1715
1420 Hélas, ce grand Louis dont la valeur altière Devient dans un recoin la pâture des vers.

F.Fr.15152, p.62

1715
1419 Si Alexandre est mort le verre à la main, Il serait mort en escrimant du cul.

F.Fr.15152, p.60

1715
1418 Louis, quelque dur qu’il fut Il est mort pour notre salut.

F.Fr.15152, p.59

1715
1417 Ci-gît ce roi si redouté Il nous eût fait montrer le cul.

F.Fr.15152, p.59

1715
1416 Quand le louis d’or fut à quatorze, Qui, supprimant, fut supprimé.

F.Fr.15152, p.56

1715
1415 Ce héros dont la terre admire les hauts faits Ce qui fait le sujet de son panégyrique.

F.Fr.15152, p.45

1715
1414 Les muses à l’envie travaillant pour la gloire Doutera de la vérité.

F.Fr.15152, p.38

1715
1413 Ci-gît un aveugle, dit-on, Il y croyait sans doute ? Oh non !

Stromates, I,40

1731
1412 Sous ce foutu tombeau gît l’impudique centre Ou bien à tout le moins pisser au monument.

[Collé], Chansons qui n'ont pu être imprimées, p.97

1411 Passant, c’est Despréaux qui dans ce lieu repose. Sans réveiller le chat qui dort.

Maurepas, F.Fr.12645, p.2

1731
1410 Ci-gît pr le vit

Maurepas F.Fr.12631, p.87

1409 Ci-gît l’idole de la France Et l’asile des impôts.

Maurepas, F.Fr.12628, p.143

1715
1408 Ci-gît sous ce tombeau La Bulle et son édit nouveau.

Maurepas, F.Fr.12628, p.74

1715
1407 Laissons en paix Monsieur Ménage, Nous ont tant de fois endormis.

Épitaphe de M. Ménage

Laissons en paix Monsieur Ménage,

C’était un trop bon personnage

Pour n’être pas de ses amis ;

N’est-il pas juste qu’il repose ?

Lui de qui les vers et la prose

Nous ont tant de fois endormis.

1711
Syndiquer le contenu