Nombre total de resultats :1426
Numéro Premier vers Dernier vers Références Annéeicone de tri Auteur
0896 Ci-gît un philosophe habile Le mène au loin pour l’égarer.

F.Fr.10475, f°5r

Inconnue
0904 Ci-gît qui mangea Brouage Mais la vérole le mangea

Arsenal 3128, f°215r

Inconnue
0911 Ci-gît le doguin Grichou ’est peu de chose que le sage !

Lyon BM, MS 1671, f°226r

Inconnue
0914 Il eut assez d’esprit pour désirer paraître. Mais enfin il mourut son maître.

Arsenal 3128, f°284r

Inconnue Beauchamps
0191 O terre, sois-lui légère, Elle a si peu pesé sur toi.

Claude Gagnière, Pour tout l’or des mots (Robert Laffont, 1996), p.419

Inconnue Inconnu
0952 Sous ces tisons, sans titres, sans paraphes, Dites tout court : le grand Saurin est mort.

1732/1735, III,152

Inconnue
0958 Ci-gît dans une paix profonde Fit son paradis en ce monde.

La Harpe, Correspondance littéraire, t.III, p.306 - F.Fr.15231, f°195r - La Place, Recueil d’épitaphes, t.II, p.161

Inconnue
0170 Ci-gît, dessous ce marbre blanc, C’est pour ne pas donner d’étrennes.

Les délassements du sage, ou Nouveau choix des meilleures épigrammes qui ont paru dans le XVIIIe siècle, p.231 - Claude Gagnière, Pour tout l’or des mots (Robert Laffont, 1996), p.419

Inconnue Inconnu
0976 J’ai vécu sans souci, je suis mort sans regret, Je le laisse à juger à Messieurs de Sorbonne.

Nouveau recueil des épigrammatistes, II, 147

Inconnue
0977 Ci-gît un mortel distingué Maquereau, mais homme de bien.

Nouvelles de la Cour et de la Ville, p.106-107

Inconnue
0877 Guillaume ne fut bon à rien ; Comme s’il n’était point du tout.

Nouveau recueil des épigrammatistes français,, t.I, p.121 - La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.45 - Recueil des plus belles épigrammes des poètes français depuis Marot jusqu’à présent (1698), t.I, p.172


Inconnue Gombaud
1129 Ci-gît le bon Monsieur de Coudres, Ce ne fut pas comme inventeur.

Claude Gagnière, Pour tout l’or des mots (Robert Laffont, 1996), p.420

Inconnue Inconnu
1131 Toi qui nous as si souvent amusés, Maintenant tu nous fais pleurer.

Claude Gagnière, Pour tout l’or des mots (Robert Laffont, 1996), p.425

inconnue Inconnu
1132 Tu me vois sur le rivage, D’autres arrivaient au port.

Nouveau recueil des Èpigrammatistes français, t.I, p.274

inconnue Pellisson
1133 Sous ce tombeau gîst Madame de Foix, Cy gist un rien, là où tout triompha.

La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.14 

inconnue Marot
1134 Ne plaignons point sa jeunesse Que pour qui meurt sans vertus.

La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.17

inconnue Gresset
1135 Léandre est descendu sur les sombres rivages. Ou ses livres devraient lui servir de bûcher.

La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.18

Inconnue Pellegrin
1136 Celui qui gît sous cette pierre Il lui manquait de voir les cieux.

La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.18

Inconnue Pelletier
1137 – Que tient enclos ce marbre que je vois ? – Il y est tout, car il était tout cœur.

La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.25

Inconnue Mellin de Saint-Gelais
1138 Ci-gît qui fuyait le repos ; La Taille aussi l’a fait mourir.

La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.33

Inconnue
Syndiquer le contenu