Vers sur la vie et la mort

              Vers sur la vie et la mort

Mortels qui commencez aujourd’hui votre vie,

Je ne vous porte point envie :

Les peines d’ici-bas sont pires que la mort.

 

Si du fond du néant j’avais pu les connaître,

Et que Dieu m’eût laissé le maître de mon sort,

Je n’aurais jamais voulu naître.

Numéro
1251


Année
Inconnue

Personnalité
Divers


Nombre de vers
2 x 3

Métrique
Mêlée

Finalité
Critique


Références

La Place, Recueil d’épitaphes, t.III, p.185