Un avare marié à une femme légère

Un avare marié à une femme légère

Jean qui dans ce tombeau repose entre les morts,

Prenant de toutes mains amassa des trésors,

Plus qu’il n’en espérait de sa bonne fortune.

Il possédait beaucoup, mais il ne donna rien,

Et n’était qu’il avait une femme commune,

Jamais homme vivant n’eut part à son bien.

Numéro
0849


Année
Inconnue

Auteur
Maynard

Personnalité
Avare


Nombre de vers
sixain

Métrique
Alexandrin

Finalité
Neutre


Références

Bibliothèque des gens de cour, 2ème éd., t. I, p.115 - Recueil des plus belles épigrammes des poètes français depuis Marot jusqu’à présent (1698), t.I, p.121