Sonnet de Monsieur de Nevers à Monsieur le cardinal de Lyon sur la mort de son frère

                        Sonnet1

Grand chef qui remuait un million de bras

Tes exploits ont rempli l’Europe et notre histoire.

Il ne te restait plus qu’à faire un beau trépas.

La terre ne peut plus les louer ni les croire.

 

Digne frère d’Armand, ne vous affligez pas,

Tous ces devoirs du sang offensent sa mémoire.

Il ne lui restait plus qu’à faire un beau trépas.

Il fallait qu’il mourût pour achever sa gloire.

 

Venez voir son tombeau pour vous y consoler.

Ces marbres précieux que nous faisons parler

Éternisent son nom et confondent l’envie.

 

Vous à qui la vertu prépare un même sort,

Souvenez-vous toujours d’une si belle vie

Et ne pleurez jamais une si belle mort2.

  • 1. Sonnet de Monsieur de Nevers à Monsieur le cardinal de Lyon sur la mort de son frère.
  • 2. Voir *0627

Numéro
1347


Année
1642

Personnalité
Richelieu, Armand Jean du Plessis de (1555-1642), homme d’État


Nombre de vers
Sonnet

Métrique
Alexandrin

Finalité
Encomiastique


Références

BHVP, MS 555, f°19r