Sans titre

Enfin ce grand jour est venu

Que nous avons tant attendu

Pour Louis chantons pour libera

            Alleluia,

Alleluia, Alleluia, Alleluia,

 

Le Tellier et ses adhérents,

Ces gens, de bien cruels tyrans,

Vont ailleurs tenir leur sabbat.

            Alleluia.

 

Des lâches Rohan et Bissy,

Qui le pape ont si bien servi,

Jamais on ne se souviendra.

            Alleluia.

 

Le nonce va, plein de chagrin,

Reporter au prélat romain

Son torchecul plein de caca,

Alleluia.

 

Par l’avis du prélat vanté,

A qui tout allait être ôté,

Désormais tout on donnera.

            Alleluia.

 

Dedans Saint-Cyr la Maintenon

Va se renfermer, ce dit-on,

Mais sa cassette on videra.

            Alleluia

 

Les traitants vont être chassés.

Quand on les aura bien taxés,

S’ils ne payent, on les pendra.

            Alleluia.

 

Desmarets avec son Bercy

Si vox populi, vox Dei,

A la potence dansera.

            Alleluia.

 

La Pauvre caisse des emprunts,

Que l’on met au rang des défunts,

Dedans peu ressuscitera.

            Alleluia.

 

Malgré ces cruels partisans

En paix le pauvre paysan

S’il a semé recueillera.

            Alleluia.

 

Enfin le grand duc d’Orléans

N’aime que les honnêtes gens.

Oh, le bon régent que voilà !

Alleluia.

 

Les jésuites, les maltôtiers

Auront le sort des écoliers :

Le Régent les étrillera.

            Alleluia.

 

Adieu, la Constitution

Elle est à l’extrême-onction,

La vérité triomphera.

            Alleluia.

 

Le Tellier n’en est pas content

Encore moins le pape Clément

Noailles les consolera.

            Alleluia.

 

Par Philippe mises au crochet

Seront les lettres de cachet.

D’Argenson n’aime pas cela.

Alleluia.

 

Il faut chanter une chanson

Sur cette Constitution

Et les démons de Loyola.

            Alleluia.

 

Par leur bulle Unigenitus

Ils disent que c’est un abus

Que la grâce efficatia.

Alleluia.

 

Ils veulent tromper le Très-Haut

En prenant la grâce au défaut

Et qu’aucun mal il n’y a pas.

            Alleluia.

 

Ils semblent tous se faire honneur

Tâchant d’attraper le Seigneur.

A son tour il les attrapera.

            Alleluia.

 

Car au grand jour du jugement

Il enverra tous ces méchants

En enfer et chacun criera

            Alleluia.

 

Ils ne cherchent qu’à faire mal

A notre illustre cardinal

Mais sa grâce triomphera.

            Alleluia.

 

Il est vrai qu’ils suivent Augustin

Dans sa foi de Pélagien

Mais non son Catholica.

            Alleluia.

 

Tous ces compagnons de Jésus

Mériteraient d’être pendus

Ainsi tout comme le papa.

Alleluia.

 

Que chacun prie le roi des cieux

Que le janséniste en tous lieux

Vainque ces hérétiques-là.

            Alleluia1.

 

  • 1. Voir $1648

Numéro
1089


Année
1715

Personnalité
Louis XIV (1638-1715), roi de France


Nombre de vers
22 x 4

Métrique
Octosyllabe

Finalité
Critique


Références

F.Fr.12673, p.137