Sans titre

                          Sonnet

Ce gouffre rempli d’or, cette abîme profonde,

Ce Mazarin est mort, il n’en est rien resté.

Ne craignez plus les coups de son autorité,

Elle fut sans exemple et sans seconde. [sic]

 

Peuples, vivez contents puisqu’il n’est plus au monde,

Jouissez du bonheur tant de fois souhaité ;

Ressentez la douceur de votre liberté

Et croyez que la paix est une paix seconde.

 

Vous prîtes cette paix pour grand fléau de Dieu

Y voyant Mazarin tenir le même lieu ;

Mais n’y voyez-vous pas sa ruine prochaine ?

 

La paix faite, il fallait que Jules fût détruit,

Car Dieu dans sa prudence est toujours souverain,

Ne donnant pas la paix qu’il n’en donnât le fruit1.

  • 1. Voir *0481

Numéro
0345


Année
1661

Personnalité
Mazarin, Jules (1602-1661), cardinal, homme d'État


Nombre de vers
Sonnet

Métrique
Alexandrin

Finalité
Critique


Références

Arsenal 3128, f°20r