Sans titre

Tous ces flambeaux qui sur ma tombe

Reluisent après mon trépas,

Ne sauraient m’éclairer là-bas,

Moins empêcher que je ne tombe

In tenebras exteriores, ubi est fletus

Et stridor dentium1.

 

Pourquoi cette pompe funèbre ?

Je ne suis plus cet Éminent.

À quoi me sert maintenant

Tant de messes quel’on célèbre ?

Non est, qui requirat animam mean.

 

Vos chants sont des chants de cigale

Qui font un inutile bruit

Et ne produisent aucun fruit.

Comme un autre Héliogabale

Justo Dei judicio condemnatus sum2.

 

J’ai vécu d’une étrange mode.

Combien de Français sont témoins

Que j’ai fait verser pour le moins

Autant de sang que fit Hérode !

Sanguis ejus super nos et super filios nostros

 

Ha ! que mon sort est déplorable !

Maudite soit l’ambition !

Je sens qu’à ma confusion

Par un arrêt irrévocable

Vindicavit Dominus in die furoris fui.

 

Vous, parents que l’honneur aveugle,

Détestant mon adversité,

Restituez par charité

Le sang que j’ai tiré du peuple.

Non remittitur peccatum, nisi restituatur ablatum.

 

Deux enfants te restent pour gage

De notre commune amitié ;

Ma Combalet prends en pitié

Ils font dans l’Ile de brouage.

Pupilli facti sunt absque Patre

Et mater eorum facta est vidua.

 

Amis, cessez vos chants stériles

Et retournez en vos maisons,

Car Dieu n’entend point mes raisons ;

Vos prières sont inutiles.

Quia ex inferno nulla est redemptio.

  • 1. Paraphrase sur le texte latin commençant par : In tenebras exteriores, ubi est fletus
  • 2. Voir *0324

Numéro
0264


Année
1642

Personnalité
Richelieu, Armand Jean du Plessis de (1555-1642), homme d’État


Nombre de vers
8 x 4

Métrique
Octosyllabe

Finalité
Critique


Références

Tableau de la vie de Richelieu, p.157-19