Sans titre

                              Sonnet

Impuissantes grandeurs, faibles dieux de la terre,

N’élevez point au ciel vos triomphes divers.

La vertu des lauriers dont vous fûtes couverts

N’a pu vous garantir de l’éclat du tonnerre.

 

Ce ministre fameux que cette tombe enserre

Ne témoigne que trop aux yeux de l’univers

Que la pourpre est sujette à l’injure des vers

Et que l’éclat du monde est un éclat de verre.

 

Tous les astres veillaient au soin de sa grandeur,

Augmentaient tous les jours sa pompe et sa splendeur

Et rendaient en tous lieux sa puissance célèbre.

 

Cependant sa puissance a trouvé son écueil,

Sa pompe n’est plus rien qu’une pompe funèbre

Et sa grandeur se borne à celle d’un cercueil.

Numéro
0004


Année
1642

Auteur
Malleville

Personnalité
Richelieu


Nombre de vers
Sonnet

Métrique
Alexandrin

Finalité
Critique


Références

Lyon BM, MS 756, f°129r - Nouveau Siècle, t.I, p.8 - Tableau de la vie de Richelieu, p.46 - La Place, Recueil d’épitaphes, t.I, p.115 - BHVP, MS 555, f°16r

Notes

*0055 - Auteur: Malleville selon Nouveau Siècle