Sans titre

Ici gît, dont loué soit Dieu,

Le cardinal de Richelieu,

Dont l’âme errante et vagabonde,

Pleine de crimes et d’excès

Autant que son corps eut d’abcès,

Cherche à traiter en l’autre monde.

Mais les limbes et les innocents

Ne reçoivent point les méchants,

Et les sacrements de Sorbonne

Lui ferment la porte aux enfers

Qui sans eux lui seraient ouverts

Plutôt qu’à nulle autre personne.

Les indulgences et les bienfaits

Qu’on pratique après son décès

Lui empêchaient, comme il faut croire,

Aussi bien que les grains bénis

Et tous les vœux de ses amis

L’entrée dans le purgatoire.

Le paradis n’est pas pour lui.

Saint Pierre a fort bien fermé l’huis,

Craignant que cette fière bête

Sachant le crime qu’il commit

Lorsqu’il renia Jésus-Christ

Ne lui eût fait trancher la tête.

Va donc, pauvre âme, dans les forts

Où tu as caché tes trésors,

Et là, comme un esprit immonde,

Imite le bruit d’un follet,

Ainsi que, vivant, tu as fait.

Donne encore du tourment au monde1.

  • 1. Voir *0237

Numéro
0177


Année
1642

Personnalité
Richelieu, Armand Jean du Plessis de (1555-1642), homme d’État


Nombre de vers
30 vers

Métrique
Octosyllabe

Finalité
Critique


Références

Trésor des épitaphes, p.6-7 - BHVP, MS 551, P.28