Sans titre

                       Sonnet

En vain je me croyais d’une immortelle essence,

La mort vient de trahir mes desseins orgueilleux,

Je maîtrisais les rois, je méprisais les dieux,

Voulant que tout fléchît aux lois de ma puissance.

 

Je régnais en tyran partout où l’insolence

D’un cœur comme le mien, cruel ambitieux,

Trouvait à contenter ses désirs furieux

Animant mon courroux d’une injuste vengeance.

 

Et près de triompher de cet illustre état,

Méditant les moyens d’un horrible attentat,

La Parque a su tromper mon injuste espérance.

 

Peuples qui avez vu la rigueur de mon sort,

Faites des feux de joie en tous les lieux de France,

Car je me faisais roi si je ne fusse mort1.

  • 1. Voir *0200

Numéro
0138


Année
1642

Personnalité
Richelieu, Armand Jean du Plessis de (1555-1642), homme d’État


Nombre de vers
Sonnet

Métrique
Alexadrin

Finalité
Critique


Références

Arsenal 3128, f°39v - BHVP, MS 551, p.14