L'Arétin

Le temps par qui tout se consume

Dans cette pierre a mis le corps

De l’Arétin de qui la plume

Blessa les vivants et les morts ;

Son encre noircit la mémoire

Des monarques, de qui la gloire

Est vivante après le trépas ;

Et s’il n’a pas contre Dieu même

Commis quelque horrible blasphème,

C’est qu’il ne le connaissait pas.

Numéro
0735


Année
1556

Personnalité
Arétin Pierre (1492-1556), écrivain


Nombre de vers
Distique

Métrique
Octosyllabe

Finalité
Critique


Références

Réflexions sur les grands hommes qui sont morts en plaisantant, p.189 - La Place, Recueil d’épitaphes, t.II, p.165